La politique de droite au Québec
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les anciens combattants broient du noir

Aller en bas 
AuteurMessage
Melissa
Admin en rebellion
avatar

Nombre de messages : 180
Age : 34
Localisation : Laval
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Les anciens combattants broient du noir   Mer 28 Juin - 17:07

La Presse


Le nombre d'anciens combattants traités pour des troubles psychiatriques a grimpé de 400% au cours des cinq dernières années, a appris La Presse.

Et, à l'heure actuelle, on estime que la moitié des militaires renvoyés annuellement à la vie civile pour des raisons médicales ont des problèmes psychiatriques.

C'est ce qui ressort de données fournies par le ministère Anciens combattants Canada, qui s'occupe de verser des pensions d'invalidité et des services de toutes sortes, dont les services médicaux aux anciens soldats, quel que soit leur âge.

Ces statistiques indiquent à quel point les militaires canadiens paient d'un lourd tribut leur participation à des missions beaucoup plus dangereuses que par le passé tel l'Afghanistan, ou plus horribles comme le Rwanda et la Bosnie dans les années 90. Au-delà des morts et des blessés sur les champs de bataille, les blessures de l'âme se cicatrisent mal, sinon jamais.

Au 31 mars dernier, 8385 personnes recevaient une pension du ministère Anciens combattants Canada (ACC) pour des raisons de santé mentale. De ce nombre, les deux tiers (66%) sont d'anciens militaires issus des Forces canadiennes de l'après-guerre ou d'anciens agents de la GRC. Seulement le tiers sont des vétérans de la Seconde Guerre mondiale.

«Plus que jamais, les membres des Forces canadiennes sont déployés sur des missions plus longues et plus dangereuses. Et on leur demande de retourner en mission avec moins de temps pour récupérer. Tout cela a mené à une forte augmentation du nombre de cas», indique Pamela Price, porte-parole d'ACC.

En somme, on est loin des missions de paix des années 60 et 70.

De plus, au cours de la dernière décennie, le nombre de missions s'est multiplié alors que le nombre de soldats dans la force régulière a chuté d'environ 75 000 à 55 000. Non seulement ceux qui restent furent déployés plus fréquemment, mais ce sont plus souvent qu'à leur tour les soldats de l'armée de terre (une des trois composantes de l'armée avec l'aviation et la marine) qui ont été appelés à intervenir dans les zones les plus dangereuses comme à Kandahar actuellement.

Le syndrome de stress post-traumatique (SSPT) vient au premier rang des maladies mentales le plus souvent diagnostiquées. Souvent, il se conjugue avec d'autres problèmes, telle la dépression. Si on reprend le nombre de 8385 pensionnés souffrant de maladies mentales indiqué plus haut, 5541 d'entre eux (ou 68%) souffrent de SSPT.

La semaine dernière, un ancien soldat canadien, David Borsch, a été acquitté au Manitoba de l'accusation d'avoir agressé sexuellement une adolescente à la pointe du couteau. La cour a accepté les arguments de la défense selon lesquels l'ex-militaire souffre de SSPT depuis son retour de Bosnie, il y a 10 ans. Ce dernier n'a pas nié les faits relatifs à l'agression, mais sa mémoire est défaillante a argué son avocat.

Selon le Dr Paul Provençal, omnipraticien rattaché à l'hôpital Sainte-Anne depuis 25 ans, le patient type souffrant de SSPT est un ancien militaire près de la quarantaine qui a été libéré de l'armée dans la dernière année et envoyé à ACC pour traitements. Dans une moindre mesure, il s'agit d'un ancien combattant retourné à la vie civile depuis plusieurs années qui souffre de divers symptômes et a décidé de consulter après avoir pris connaissance des différents services s'offrant à lui.


Réseau de cliniques

L'augmentation substantielle du nombre de cas est aussi en partie liée à la démystification des problèmes de santé mentale chez les militaires. «Les études faites à ce sujet, des rapports écrits par l'ombudsman de l'armée, des témoignages comme ceux du général Dallaire ont sensibilisé les gens», indique Johanne Isabel, gestionnaire du Centre Sainte-Anne, une clinique externe de l'hôpital des anciens combattants de Sainte-Anne-de-Bellevue.

Ouverte en 2001, la clinique se consacre exclusivement aux soins liés au stress opérationnel, autre nom du SSPT. Or, depuis son inauguration, elle a vu ses activités augmenter d'une façon phénoménale et son personnel tripler, passant de 11 à 33 employés, dont des psychiatres, des psychologues et des travailleurs sociaux.

À l'origine, cette clinique avait une vocation régionale. Mais devant la forte augmentation du nombre de cas, les ministères des Anciens combattants et la Défense nationale ont décidé de mettre sur pied un réseau national de centres consacrés uniquement au SSPT. Le Centre Sainte-Anne s'est alors vu charger d'un mandat national pour voir tant à la recherche qu'au soutien à l'ouverture de nouvelles cliniques.

Maintenant, on retrouve cinq cliniques comme celle de Sainte-Anne-de-Bellevue à travers le pays, dont la plus récente a été inaugurée à Calgary lundi. Trois autres sont en voie d'être ouvertes, ce qui laisse voir combien les besoins sont importants.

Le SSPT n'est pas un phénomène nouveau chez les militaires. On en retrouve des traces jusque dans la guerre de Sécession américaine. En février dernier, une étude du Pentagone publiée dans le Journal of the American Medical Association indiquait que le tiers des soldats américains ayant servi en Irak avaient reçu une aide psychologique durant la première année suivant leur retour. Aussi, 12% d'entre eux avaient reçu un diagnostic pour des problèmes psychologiques de toutes sortes.

------
Vous en pensez quoi ???

_________________
Un pet de gauchiste ça sent le tofu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aile-droite.fr-bb.com
sol

avatar

Nombre de messages : 30
Localisation : rive du fleuve
Date d'inscription : 03/06/2006

MessageSujet: aa   Mer 28 Juin - 17:10

Tu es formidable ...Une vrai pro ..J'adore te lire .. thumbs up Sol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Watch
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 94
Age : 34
Localisation : Dans ma tête
Date d'inscription : 28/05/2006

MessageSujet: Re: Les anciens combattants broient du noir   Mer 28 Juin - 19:27

Melissa a écrit:
La Presse




De plus, au cours de la dernière décennie, le nombre de missions s'est multiplié alors que le nombre de soldats dans la force régulière a chuté d'environ 75 000 à 55 000. Non seulement ceux qui restent furent déployés plus fréquemment, mais ce sont plus souvent qu'à leur tour les soldats de l'armée de terre (une des trois composantes de l'armée avec l'aviation et la marine) qui ont été appelés à intervenir dans les zones les plus dangereuses comme à Kandahar actuellement.

erreur!!!!!! l'armée n'est pas une composante de l'armée...c'est une composante des Forces canadiennes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Melissa
Admin en rebellion
avatar

Nombre de messages : 180
Age : 34
Localisation : Laval
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: Les anciens combattants broient du noir   Jeu 29 Juin - 16:43

Black Watch : C'est vrai ! Pis c'est pas la première fois que je lis ça en plus.. uh

_________________
Un pet de gauchiste ça sent le tofu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aile-droite.fr-bb.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les anciens combattants broient du noir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les anciens combattants broient du noir
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Edit Vert-champagne-noir et "Sable" (la soeur de Satin Taupe)- photos!
» Humour bien noir comme je l'aime !!!
» mes bebe chiot juste les deux petits noir a vendre
» TECHNIQUE POUR QUE LE CRAYON KHOL NOIR NE COULE PAS
» 1 bibliothèque noir a vendre $25.00

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La droite au Québec :: Politique :: Politique Canadienne-
Sauter vers: