La politique de droite au Québec
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Cinq questions à Roméo Dallaire

Aller en bas 
AuteurMessage
Paranoir
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 30
Localisation : Laval (Québec)
Date d'inscription : 26/05/2006

MessageSujet: Cinq questions à Roméo Dallaire   Mer 7 Juin - 10:47


Le général Roméo Dallaire croit que le Canada a un rôle à jouer dans le monde.
Photo André Tremblay, La Presse

Rappeler à toutes les mémoires le génocide rwandais est sa mission personnelle, mais prévenir d'autres tragédies du même genre aussi. Roméo Dallaire a donc beaucoup de choses à dire sur l'Afghanistan et le rôle de l'armée canadienne à l'étranger.

Q : Pour beaucoup de gens, on dirait que la compréhension du génocide rwandais passe un peu par vous, non?

R : J'ai dit aux producteurs que, pour moi, c'est essentiel que le film soit celui de la souffrance rwandaise, et pas le film de la souffrance d'un Blanc qui s'est ramassé au centre d'une catastrophe. Leur réponse a été qu'en passant par mon personnage, les gens vont pouvoir comprendre les dilemmes éthiques, moraux et mêmes légaux avec lesquels les pays développés doivent oeuvrer dans des catastrophes comme ça. Si je suis un outil pour faire ressortir ces points, eh bien tant mieux!

Q : Il y a eu Hotel Rwanda, Un dimanche à Kigali et il y aura maintenant Shake Hands with the Devil. Comment expliquez-vous que cela ait pris 10 ans pour que le cinéma s'intéresse à ce sujet?


R : En premier, je pense que c'est une histoire très laide. C'est laid ce qui est arrivé et c'est surtout laid ce qu'on n'a pas fait. Moi, ça m'a pris sept ans pour écrire là-dessus. Je pense que cette période de temps est sage, qu'il ne faut pas aller trop rapidement et manquer la chance de raconter cette histoire comme elle devrait être racontée. Enfin, mon Dieu, ça fait trois films sur le Rwanda, est-ce que c'est trop? Mais combien avons-nous eu de films sur l'Holocauste? Le fait qu'il y ait eu un autre génocide prouve peut-être qu'il n'y a pas eu assez de films sur l'Holocauste.

Q : Qu'avez-vous à dire sur la mission canadienne en Afghanistan?

R : Elle est juste et elle est essentielle de la part d'un pays comme le nôtre.

Le Canada est un des neuf plus grands pays du monde. Ici, on croit aux droits de la personne et à la bonne gouvernance. Alors je trouve hyper irresponsable qu'on ait voté contre notre participation à aider l'Afghanistan. Monsieur Harper, qui a pris la décision qu'on reste, n'avait pas besoin de faire des pirouettes à la Chambre des communes et de voir le Parti libéral se déchirer sur le sujet quand il sait fort bien que la décision était la sienne. Il ne faut pas utiliser cette mission pour faire des gains politiques de dernière minute. J'ai aussi beaucoup de misère avec ma province, le Québec, qui est si anti-Afghanistan. Je ne comprends pas comment des gens qui veulent ultimement atteindre le statut de pays indépendant peuvent avoir des idées aussi paroissiales. Pas provinciales: paroissiales! Nous sommes une entité dans le monde, et quand nous en avons l'occasion, on n'a pas le choix, on a le devoir d'y aller. Et ce devoir, ce n'est pas juste de garrocher de l'argent, ça veut dire des pleurs, des grincements de dents, de la sueur et, oui, s'il le faut, du sang.

Q : En ce sens, l'émoi causé par la mort de la soldate Nichola Goddard est révélateur?

R : Ça a été un moment historique. Pas de ceux qu'on aime vivre, bien sûr, mais cela prouve que les femmes, dans ce domaine, ont atteint les mêmes niveaux de responsabilités au combat. Elle a été exemplaire. Elle prouve que les femmes ne veulent pas seulement des privilèges, mais qu'elles sont capables de prendre des responsabilités et de vivre avec les conséquences.


Q : Bref, nous voulons une armée, mais nous ne voulons pas de morts...

R : Le pays a toujours eu l'impression qu'on est des casques bleus en culottes courtes, des scouts. Nous sommes dans des pays en implosion, la complexité de ces contextes est énorme et on veut que ça se fasse dans la sérénité! Il y a un prix à payer, et si on ne l'accepte pas, dans ce cas-là, qu'on reste chez nous, mais qu'on arrête de dire au monde qu'on est fins, beaux et intelligents, parce qu'on va tout simplement prouver qu'on est égoïstes, centrés sur nous-mêmes et qu'on croit seulement aux choses qui font notre affaire. Nous avons un rôle à jouer dans le monde. Que ce soit en Afghanistan mais aussi au Darfour, au Congo, en Haïti. Ce n'est pas du néocolonialisme, ces pays demandent notre appui. De dire «tant pis, qu'ils s'organisent», je trouve que ça démontre que nous sommes un petit peuple.


(source)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://paranoir.canalblog.com/
GSH-18



Nombre de messages : 44
Date d'inscription : 01/06/2006

MessageSujet: Re: Cinq questions à Roméo Dallaire   Mer 7 Juin - 12:21

Je suis en accord avec lui mais, l'armée canadienne n'a tout simplement pas le personnel pour effectuer un mandat de plus de 2 ans en considérant que nous nous occupions uniquement de l'Afghanistan: des spécialistes en parlait après le vote aux communes, l'armée dispose de 3 groupes disponibles c'est à dire que le premier fait 6 mois le 2eme 6mois et le 3eme 6 mois aussi, le 1er groupe doit y retourner pour un autre 6 mois, puis le 2eme et ainsi de suite. Combien de temps pensez-vous les soldats vont pouvoir endurer ce rythme? T'est parti 2 fois 6 mois en 2 ans! affraid combiens de femmes de militaire vont pouvoir endurer ça?combiens de divorce et de séparations vont s'en suivre ,sans compter les suicides et les troubles ''post traumatiques'' combien de soldats vont tomber dans les ''calmants'' légaux et illégaux pour atténuer les ''flashback'' et autre problèmes? scratch Ils ont besoins d'en engagé (et de les gardé!) un méchant paquet si il veulent s'occuper de tout les spots chauds sur la boule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Watch
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 94
Age : 34
Localisation : Dans ma tête
Date d'inscription : 28/05/2006

MessageSujet: Re: Cinq questions à Roméo Dallaire   Mer 7 Juin - 14:31

En fait, l'armée dispose de 5 brigades mécanisées de la Force Régulière. Celles-ci sont toujours en rottion pour les déploiements. Ceci dit, il y a toujours la réserve (la dernière grosse rotation en Bosnie en 2002 était composée à 75% de réservistes). Toutefois, ces dernier sont embauchés à temps partiel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cinq questions à Roméo Dallaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cinq questions à Roméo Dallaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» logiciel impot expert...petites questions
» Questions sur la vie apres la mort
» Le domaine des cinq autels
» questions sur les garderies en milieu familial
» questions sur la prématernelle et les garderies privées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La droite au Québec :: Politique :: Politique Canadienne-
Sauter vers: